vendredi 18 octobre 2019

Egalité hommes-femmes : Marlène Schiappa au Lycée des Flandres

 Organisé par Madame Jennifer De Temmerman, dans le cadre du Grenelle contre les violences conjugales mis en place par Madame Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, un moment de rencontre a eu lieu ce mardi 8 octobre 2019 au Lycée des Flandres.

Étaient présents, entre autres, à cette rencontre, Marlène Schiappa et Jennifer de Temmerman, Madame Osson, députée, Madame Cabuil, Rectrice de l’Académie des Hauts de France, Monsieur Debaecker, maire d’Hazebrouck et deux de ses adjoints, Monsieur le Sous-Préfet, Monsieur Ficheux, Vice-Président du Conseil Départemental du Nord, Madame Cnudde du CIDFF (centre d’information pour le droit des femmes et des familles), Madame Sansen, intervenante sociale en gendarmerie, Messieurs Chaf Chaf et Bailleul, de la Mission locale de Flandre intérieure, Madame Beauvais et Monsieur Vanmarcke de la SOLFA (Solidarité Femmes Accueil), près de quarante élèves du lycée des Flandres, leurs enseignants et CPE ainsi que les personnels de Direction de l’établissement.



Après une intervention de Madame de Temmerman, chaque responsable d’association a présenté à la Secrétaire d’État mais surtout aux jeunes lycéens présents les missions et objectifs de sa structure. L’accent a été mis sur la responsabilité de chacun dans la mise en œuvre de l’égalité entre les femmes et les hommes, sur l’importance de la parole et du repérage précoce de toute violence faite aux femmes. Il existe pour cela un numéro de téléphone, le 3919, qu’il ne faut surtout pas hésiter à appeler. Enfin, même si on peut se féliciter des lois votées ces dernières années, l’égalité entre les femmes et les hommes n’est pas encore acquise et les violences faites aux femmes sont encore trop nombreuses.

Madame Benafkir, du Cabinet de Madame La Rectrice, a présenté les actions mises en œuvre dans l’Académie des Hauts de France, tout en rappelant qu’un long chemin reste encore à parcourir pour arriver à l’égalité entre les filles et les garçons au niveau des formations.

Puis ce fut au tour des élèves d’intervenir, de présenter à Madame Marlène Schiappa leur travail et de la questionner. Les élèves volontaires de Madame Caudron ont présenté la situation chiffrée des violences faites aux femmes en France en 2018. Ils ont également comparé le cas français avec la situation dans nos pays voisins
Eliott Havot, Thomas Bécourt et Alexis Decupper, élèves de Madame Allouch, ont présenté leur projet de court-métrage d’option cinéma-audiovisuel. Dans ce film qui est encore au stade de l’écriture, un homme bat sa femme puis quitte le domicile conjugal, la laissant inconsciente. Les élèves ont demandé à Mme Schiappa de choisir une fin entre trois possibilités : l’homme rentre et trouve sa femme morte des suites de ses coups ; l’homme rentre et découvre que sa femme s’est suicidée à cause de la violence qu’il lui fait subir ; l’homme rentre et se retrouve face à sa femme qui l’attend, une carabine à la main, et le tue. La secrétaire d’État a opté pour la troisième fin, qui a selon elle l’avantage de faire réfléchir les hommes à la possibilité qu’un jour la violence se retourne contre eux.

Une quinzaine de délégués des lycéens et étudiants ainsi que le président de l’AEDEF, Association des élèves, étaient également présents. Parmi ces délégués de classe, certains sont élus au Conseil de vie lycéenne. En tant que représentants de leurs camarades et parce qu’ils sont sensibles au sujet des violences conjugales, ils ont apprécié les différentes interventions ainsi que les échanges avec Mme Schiappa qui a su répondre clairement aux interrogations des lycéens.

Les élèves ont pu questionner directement Madame Schiappa sur l’information donnée au Président de la République et sur son implication sur le sujet ; ils se sont étonnés de l’absence d’hommes pour traiter de ce sujet. Ils ont suggéré de modifier le langage commun en ne parlant plus de femmes victimes mais plutôt d’hommes meurtriers pour que les hommes se sentent plus concernés.

Par ses réponses, Marlène Schiappa s’est montrée convaincue et convaincante quant à l’importance de toutes les actions, de tous les projets visant à agir en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes d’une part, et en faveur d’une diminution des violences faites aux femmes d’autre part. Elle s’est montrée particulièrement intéressée par l’implication des élèves, par leurs questions et leur projet de film.


À la fin de l’intervention, Madame Allouch a présenté à Marlène Schiappa les travaux des élèves réalisés pour une exposition ainsi que les ouvrages mis à disposition des élèves au CDI du lycée sur le sujet.
 



























mardi 8 octobre 2019

Le lycée des Flandres au décollage !


 Au mois de mai de l’année dernière, les élèves de l’atelier scientifique du lycée ont répondu à l’appel à projet du CNES concernant la campagne de vol en impesanteur. Ils devaient imaginer des expériences simples à tester dans l’AIRBUS A310 0G de la société NOVESPACE pour mettre en évidence les effets de l’absence apparente du poids.

Fin juin, ils apprenaient que leur projet était retenu pour la campagne 2020 et qu’ils pourront faire voler leurs expériences en impesanteur au cours de la première semaine du mois de mai 2020.
 

L’équipe est constituée de 9 élèves provenant de différentes classes. Ils ont constitué 4 groupes et se sont répartis les expériences à concevoir.
Deux élèves de 2nde travaillent actuellement sur la poussée d’Archimède, deux autres élèves de 1ère étudient les phénomènes magnétiques, un autre binôme de 1ère STI2D conçoit un accélérateur de billes et 3 élèves de TSTI2D travaillent sur l’aérodynamisme.


Il ne leur reste plus qu’à préparer les expériences sélectionnées avant le grand décollage !


 Article rédigé par Jérôme Dumont, professeur de physique

vendredi 4 octobre 2019

Rencontre avec Maylis de Kérangal et ses traducteurs à la Villa Marguerite Yourcenar


Ce lundi 30 septembre, les élèves de terminale L ont partagé un moment d’échange entre l’auteure Maylis de Kérangal et ses traducteurs : Maria Baiocchi, sa traductrice italienne, et Jordi Lloret, son traducteur catalan.




Organisé par la D.R.A.C. et la maison d’édition de La Contre-Allée, en partenariat avec la Villa Marguerite Yourcenar, ce temps de rencontre s’inscrit dans le cadre du festival « D’un pays l’autre » consacré aux langues et à la traduction. Il avait pour objectif de s’intéresser au métier de traducteur, et d’aborder les questions inhérentes au travail de traduction. Ont été notamment évoqués : les rapports avec l’auteur, les difficultés à recréer l’univers d’un roman, la nécessité d’avoir une connaissance très fine de la langue, la traduction des expressions idiomatiques.


Maylis de Kérangal, auteure de Réparer les vivants
Les élèves ont pu constater combien Maylis de Kérangal entretient un lien fort avec ses traducteurs. Elle leur accorde une grande importance, allant même jusqu’à revendiquer qu’ils sont à part entière des auteurs. Elle a insisté sur la nécessité de leur faire confiance et de lâcher prise par rapport à ses textes. Ses romans ont été traduits dans de nombreuses langues. Ainsi, son roman Réparer les vivants est paru dans des langues qui lui paraissent « étranges », telles que le chinois, le croate, ou le vietnamien. 

Au-delà des discussions très enrichissantes sur le travail de traduction auxquelles ils ont assisté, nos élèves ont eu la chance, lors de cette matinée à la Villa Yourcenar, de rencontrer une grande écrivaine contemporaine. 


« Cette rencontre m'a donné envie de lire ses romans ! » concluent les élèves.

Les élèves de Terminale L dans le parc de la villa Marguerite Yourcenar